Gare aux recommandations du médecin !

26/11/2020
Thumbnail [16x6]

Un salarié fait l’objet de plusieurs arrêts de travail, à la suite desquels le médecin du travail le déclare apte mais avec des réserves. Le salarié, finalement licencié pour faute grave, estime avoir été victime de harcèlement moral et réclame des indemnités en justice. Les juges font droit à ses demandes. A son tour saisie du litige, la Cour de cassation confirme cette décision. En confiant au salarié de manière habituelle, au mépris des préconisations de la médecine du travail, des tâches dépassant ses capacités physiques eu égard à son état de santé et mettant ainsi en péril sa santé, l’employeur a fait preuve d’initiative étonnante… Des éléments qui laissent effectivement supposer un harcèlement moral.